Aller au contenu principal
Search
Pêche côtière et aquaculture
 - 18 November 2021

Etude du succès de collectage de naissains d'huîtres perlières - Polynésie française

Le mois d'octobre correspond en Polynésie française au début de la saison de collectage de naissains d'huîtres perlières. En collaboration avec le projet PROTEGE, une équipe de la Direction des Ressources Marines (DRM) s'est rendue à Mangareva afin d’étudier le succès du collectage des saisons 2019/2020 et 2020/2021.

Le succès du collectage est un des indicateurs biologiques suivi par la DRM dans le cadre du Réseau d’observation des lagons « RESOLAG ».

Le suivi des collecteurs n’a montré que peu de différences entre les saisons 2019/2020 et 2020/2021, elles-mêmes semblables à la saison 2018/2019. Les trois dernières saisons sont ainsi considérées comme « normales ».

En comparaison et selon les dires des perliculteurs, la saison 2016/2017 avait été exceptionnelle alors que la saison 2017/2018 avait été plutôt mauvaise. Toutefois, aucun chiffre précis n'a pu être fourni pour corroborer ces témoignages.

En parallèle, un nouveau système de collectage plus durable a été immergé début 2021 en collaboration avec quelques perliculteurs de l'île afin d’en tester l'efficacité. La différence principale entre le nouveau système et l’ancien réside au niveau du matériau utilisé. Les collecteurs classiques sont fabriqués en ombrière tandis que les nouveaux collecteurs sont en plastique souple. Bien que toujours en plastique, les nouveaux collecteurs sont moins facilement dégradables et peuvent durer une dizaine d’année (contre 3 à 4 ans pour les anciens collecteurs). Les collecteurs en coupelles sont déjà utilisés en France par les ostréiculteurs d’huitres creuses.

La comparaison entre les collecteurs de type "classique" et le collecteur plus durable de type "coupelle" n'a malheureusement pas pu être conduite de manière robuste car les dates de pose n’ont pu être coordonnées entre perliculteurs. Toutefois, les tests seront reconduits en 2022.

Ces travaux s'inscrivent dans une volonté de la DRM de mieux comprendre les facteurs régulant le collectage dans les îles de Polynésie française, afin d'optimiser cette étape cruciale dans la fabrication de la perle noire, deuxième ressource économique du Pays.

Partager cet article